Marion, tome 2 de Yuu Hikasa

Suivons la suite des aventures de Marion dans Marion, tome 2 de Yuu Hikasa, aux éditions Komikku, dernier volume de la série.

Vous pouvez découvrir ou redécouvrir mon avis sur le tome 1 en cliquant sur le lien suivant : Marion, tome 1 de Yuu Hikasa

Partie I : À la découverte du manga

> La couverture

Une couverture en harmonie avec l’univers mis en place et prenant tout son sens une fois la série lue. Nous pouvons constater que de forts symboles français sont représentés, tels que la Tour Eiffel en arrière-plan et Jeanne d’Arc dessinée sous les traits de Marion.

> Description narrative et compagnies

Ce manga est rangé dans la catégorie seinen (manga destiné à un public compris entre seize ans et plus, dirigé principalement vers des lecteurs masculins adultes. Il peut néanmoins être lu à tous les âges et les sexes).

Cette série mêle à la fois historique et fiction, historique par la présence de la Seconde Guerre mondiale et fiction à travers l’histoire de Marion.

Au début et à la fin, vous pourrez apercevoir une page plastifiée en couleurs. En enlevant la jaquette, le prénom Marion est entouré d’ornement. La Tour Eiffel est visible sur la quatrième de couverture.

> Résumé

Alors que Marion se prépare du mieux possible à son rôle de Jeanne d’Arc, dans les couloirs du music-hall, une sombre machination se met en place depuis longtemps.

Afin d’éviter que le directeur ne détruise le travail de son père, les organisateurs sont prêts à employer tous les moyens possibles jusqu’à mettre en péril la vie de Marion et détruire ses espérances…

Entre mensonges et désillusions, Marion n’en sortira pas indemne.

Partie II : Mon Avis

Points positifs

> Le récit

Il est intéressant de poursuivre les aventures de Marion. Les révélations et les désillusions trouvent leur place et le mangaka continue à mettre en place différents messages destinés aussi bien aux grands qu’aux petits.

À l’instar du premier volume, Yuu Hikasa continue à nous faire comprendre l’importance de ne pas se fier aux apparences et de suivre son premier instinct afin de s’éviter des souffrances et des déceptions. Il est affligeant de connaître les véritables intentions des membres du music-hall et le piège se refermant petit à petit sur l’héroïne.

Il est toujours plaisant le mélange historique et fictif rendant le récit crédible. Nous nous rendons compte également que deux mondes coexistaient à l’époque de la Seconde Guerre mondiale, un univers de mensonges dans lequel les music-halls cachaient des trafics de drogue et un univers de profonde tension puisque la guerre était aux portes de la ville. Il est vraiment triste de voir à quel point certaines personnes sont capables d’utiliser une crise majeure afin de produire davantage d’argent ou d’acquérir plus de pouvoir. À travers ce manga, nous découvrons une fissure profonde entre des peuples et des soldats tombant sous le joug de l’ennemi et des hommes ne pensant qu’à l’avenir de leur music-hall ou l’argent. Ce livre ne tente pas d’enjoliver mais souhaite montrer tous les comportements.

L’histoire est également une ode à l’espérance et à la confiance en soi. Yuu Hikasa nous montre qu’il ne faut pas rejeter ses envies ou ses talents malgré les trahisons ou les échecs mais s’accepter tel que l’on est et aller au bout de ses rêves afin d’éviter les regrets.

> Les personnages

Les personnages sont intéressants car chacun représente une façon d’être : l’ambition, l’avidité de l’argent et du pouvoir, la résistance, l’égoïsme, l’espérance, le courage…

À travers certains protagonistes, l’auteur tente de nous obliger à nous poser des questions sur leurs actions. Qu’aurions-nous fait à leur place ? Aurions-nous laissé l’œuvre de toute une vie entre les mains d’un trafiquant ? Ou au contraire aurions-nous tout tenté pour éviter cette catastrophe ? Yuu Hikasa veut mettre en évidence les véritables problèmes engendrés face à un manque d’honnêteté, de communication et de réflexion sur les conséquences de ses actes. De plus, le mangaka ne s’arrête pas là et souhaite nous interroger sur le sens des priorités. L’avenir du music-hall était-il si important lorsque l’on sait que des hommes, des femmes et des enfants meurent tous les jours sous les balles ou les bombardements ? Que la guerre menace la ville de Paris ? N’aurait-il été pas mieux de se battre pour la paix ? Derrière une histoire paraissant simple se cachent de nombreuses réflexions sur les mentalités humaines.

J’ai apprécié le lien entre Marion et Jeanne d’Arc. Marion est une héroïne ayant beaucoup souffert depuis sa jeune enfance. Nous sommes pris de compassion car la vie ne cesse de vouloir lui faire du mal. Son audace, sa sincérité et sa fougue sont plaisants à découvrir.

> Les illustrations

Au même titre que le premier volume, les dessins sont bien maîtrisés au niveau des décors, des lieux mais aussi des vêtements. Nous reconnaissons sans difficulté les monuments fards de Paris au temps de la Seconde Guerre mondiale.

Points négatifs

> Le récit

Bien que le manga nous oblige à nous poser des questions, il n’en demeure pas moins que l’histoire manque d’approfondissement. Le mangaka possédait de la matière pour pousser davantage son récit. De plus, la fin m’a paru inachevée, des éléments restent encore flous, notamment sur le devenir de l’héroïne. Nous en apprenons un peu plus sur la protagoniste principale mais cela est léger. L’écriture d’un troisième volume aurait parfaitement clôturé cette série et répondu à plusieurs interrogations.

> Les personnages

J’aurais aimé en découvrir davantage sur le passé de Marion et sur Esperanza. À part ceci, je n’ai pas de points négatifs.

> Les illustrations

Ce n’est pas un point négatif mais à l’instar du tome 1, les personnages me semblent plus simples et moins travaillés.

Conclusion

Une suite dans la continuité du premier volume. Une série nous remettant en question sur le sens des priorités et dépeignant sans faux-semblant les mentalités humaines entre mensonges, manipulation et avidité. Tandis que la guerre est aux portes de la ville, l’espérance tente de faire sa place dans un futur incertain. Un final intéressant mais manquant d’approfondissement.

Note : 4,5/5

Citations tirées du manga

Nos actes finissent toujours par nous revenir à la figure ! Si tu continue à voler à la tire, un jour toi aussi tu perdras quelque chose de précieux !

Alors on peut bien me trahir ou briser mes rêves… Je continuerai d’espérer ! J’ignore quelle est ma voie, de toute façon et je ne reculerai pas avant qu’il ne m’en coûte ! Mais même si j’échoue, je n’aurais aucun regret parce-que j’ai choisi ce chemin de plein gré !

Je n’ai pas pris l’épée pour tuer mais pour guider le peuple… Tu dois guider ton cœur pas le tuer…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :