Le Parfum de nos Souvenirs de Camille Di Maio

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler de ma lecture Le Parfum de nos Souvenirs de Camille di Maio, aux éditions France Loisirs.

J’ai eu des difficultés à juger si le livre m’avait plus ou non. Ce roman m’a énormément bouleversée et remuée au plus profond. Il m’a fallu du temps afin de me remettre de mes émotions et prendre du recul. Cette histoire d’amour est certes poignante et triste, mais elle n’en est pas moins magnifique.

Je le conseille aux personnes appréciant les romans d’amour sous fond historique. J’ai lu de nombreux livres au cours de ma vie, des livres remuants, notamment l’autobiographie de Thérèse, émouvants avec une autre romance sous fond historique Le Promesse de Lucile d’Albert Ducloz ou un livre fantasy L’Héritage d’Arachné de Marine Kelada. Néanmoins, je n’ai jamais pleuré. Je ne m’y attendais pas du tout. Ce récit m’a changé.

Partie I : À la découverte du roman

> La couverture

Malgré sa simplicité, la couverture de ce récit est parfaite. Selon moi, ce roman n’a pas besoin d’une première de couverture particulièrement recherchée et détaillée. Elle représente très clairement le thème à travers le couple présent au centre et le décor britannique, la tour de Big Ben en arrière plan, dans lequel nous évoluons.

> Description narrative

Comme vous l’aurez sans doute compris, cet ouvrage est un roman d’amour sous fond historique. La période dans laquelle nous évoluons est la Seconde Guerre Mondiale et plus précisément les trois temps de la guerre, à savoir, l’avant, le pendant et l’après.

Le point de vue interne est employé par l’auteure. Le texte se tourne exclusivement vers Julianne. Nous connaissons ses pensées, ses ressentis… mais il nous est impossible d’en connaître davantage.

> Résumé

Présent

Julianne est sur le point de se donner la mort. Elle n’en peut plus de cette vie qui ne cesse de lui mettre des obstacles sur le bord de sa route. Elle a tout perdu, sa famille, sa beauté et surtout l’amour de sa vie… Cependant, le destin semble en avoir décidé autrement. Avant de commettre l’irréparable, un enfant vient à se rencontre lui demander de l’aide au sujet de sa mère. Il l’informe également que le Père McCarthy sera à son chevet. Julianne est stupéfaite, cet homme possède le même nom qu’une personne chère à son cœur… Se pourrait-il que cet individu est un lien avec son passé ?

Passé

Julianne a dix-huit ans et n’a qu’une hâte, participer à la vente aux enchères qui aura lieu très bientôt. Un jour, en rendant visite à son frère Charles renié par ses parents dû à ses différences physiques, elle fait la rencontre d’un charmant et beau jeune homme, Kyle. Plus les jours passent, plus elle en tombe amoureuse. Mais leur amour est impossible. À la demande de sa famille, il souhaite devenir séminariste et les parents de la jeune femme ne peuvent pas consentir à cette union. Cependant, ils se pourraient bien que ces barrières volent en éclat.

Malgré un amour puissant, il sera jonchée d’épreuves plus catastrophiques les unes que les autres. La vie finit par contraindre Julianne a prendre des décisions irréversibles. Mais ses mauvais choix risquent bien de l’emmener dans la plus grande des détresses.

Une ode à l’amour et à l’espérance.

Partie II : Mon Avis

Points positifs

> Le récit

La plume de l’auteure est incroyable. Nous abordons une multitude de sujets et passons par toutes les émotions en seulement cinq cent pages. Malgré des séries de douze volumes, je n’ai jamais autant ressenti de sentiments. Nous passons des rires, aux larmes, des joies, aux peurs mais aussi l’angoisse, la déception, les désillusions, l’amour… Il est très rare d’avoir une aussi belle qualité narrative. Le livre recèle sont lot de revirements de situations et de rebondissements inattendus. Ce roman est très additif, il est difficile de le lâcher et nous sommes à la limite de passer des nuits blanches. D’ailleurs, il est paradoxal de vouloir continuer à tourner les pages, alors que nous souffrons de plus en plus.

J’adhère grandement aux histoires d’amour impossible. Ici tous les ingrédients sont réunis. Cette romance est compliquée sous tous les plans, que ce soit du côté des parents de l’héroïne, de la future vocation de Kyle ou des aléas de la vie. Il est à noter que des signes montrent très clairement que leur histoire sera semée d’embûches mais Julianne ne les prend pas au sérieux.

Je séparerais ce livre en deux parties. Une première partie débutant du chapitre 1 jusqu’à l’apparition d’un élément clé et une deuxième partie se déroulant de cet élément fatidique à la fin. Dans la première partie, il se dégage beaucoup de tendresse, d’amour, de romantisme et d’espoir. À partir de la deuxième, nous faisons face à l’accumulation d’événements catastrophiques. L’innocence et le rêve disparaissent au profit de sentiments bien plus douloureux. Bien que l’émotion entre les deux soit différente et change petit à petit, nous sommes déjà remués au début de la lecture. En vérité, nous ne discernons pas notre trouble avant d’arriver au point culminant. Dès les premières pages, nous sentons qu’un drame se prépare. Ce sentiment est sans doute perceptible par la présence d’une alternance entre le passé et le présent. Par l’intermédiaire des chapitres se déroulant dans le présent et des éléments du résumé, nous nous posons de nombreuses questions. Pourquoi l’héroïne et Kyle se sont séparés ? Quel événement a déclenché cette séparation ? Pourquoi Julianne est-elle défigurée ? Quel est l’ordre de cette blessure ?

Pour ma part, l’émotion a atteint son paroxysme au début de la deuxième partie. Il a suffit d’un bout d’un dialogue et d’une phrase pour totalement me bouleverser. Sans comprendre le pourquoi, je n’arrivais pas à tarir mes pleurs. Un drôle de sentiment m’a envahie. L’espace d’un instant, j’ai eu l’impression d’être entrée dans le livre, d’être à la place de l’héroïne et d’avoir Kyle en face de moi. Un vide s’est installé et j’ai eu l’étrange sensation de ne pas avoir réussi à faire le deuil de quelque chose, d’avoir commis des erreurs en laissant partir quelqu’un. À partir de ce moment et jusqu’à la dernière page, la lecture a été difficile et perturbante.

Par l’intermédiaire de ce récit, nous remarquons que nous ne vivons pas assez l’instant présent. La vie est instable, fragile, tout peut arriver en une fraction de seconde. Il nous remet aussi en question sur notre propre choix. Nous pensons parfois être dans le vrai, mais nous nous trompons complètement. Nous en concluons que par notre fierté et notre manque de courage, nous n’avons pas la force d’affronter nos peurs, nos démons ou le regard des autres. Nous nous conduisons alors dans des souffrances que l’on aurait pu s’éviter. Bien sûr, notre héroïne aurait souffert en optant pour une autre possibilité mais cela aurait été minime par rapport aux souffrances vécues par la suite. Très souvent, nous pensons à la place des autres mais ils ne pensent peut-être pas de cette manière. Par nos excuses, nos incompréhensions et notre égoïsme, nous ratons notre vie. Nous avons regardé le côté pile sans regarder le côté face. Ce n’est pas la faute des autres si nous souffrons mais la nôtre. Cette histoire m’a permis d’en prendre conscience.

Le livre nous interpelle sur le véritable sens de l’amour. Ce dernier doit survivre à toutes les épreuves du temps. Il ne doit pas être basé sur l’apparence mais sur le mental de la personne. Nous discernons alors que le physique est la cerise sur le gâteau. De plus, cette histoire est un magnifique message d’espérance. Il nous montre qu’il ne faut pas perdre espoir et croire en l’avenir malgré les obstacles de la vie. La notion de destin est visible. Nous nous demandons si nous suivons un chemin tout tracé ou si notre chemin n’est qu’une succession de nos propres décisions, voire les deux ?

La part historique est très plaisante à découvrir. Le livre se déroule durant la Seconde Guerre Mondiale, une période que j’affectionne particulièrement avec la Première Guerre Mondiale. Ces deux événements me troublent beaucoup mais je serais incapable d’en expliquer la cause. Il est d’ailleurs ambigu d’aimer lire des livres sur ce sujet alors que je n’en ressors jamais indemne… Dans ce roman, nous abordons les trois temps de la guerre, c’est-à-dire l’avant, le pendant et l’après. Cette proposition est intéressante car nous évoluons dans toute la période. L’histoire est centrée sur les civils et non sur le front. L’écrivain a bien représenté les circonstances dans lesquelles vivent les anglais. Elle aborde le sujet des femmes contraintes de laisser partir leurs enfants dans d’autres régions afin de les protéger, des villes en ruine… Elle traite également de la dangerosité des abris censés préserver des actions militaires mais ne remplissant finalement pas leur fonction. Nous nous rendons compte de l’impact économique sur le monde. Les hommes et les femmes sont obligés de se rationner en nourriture, en vêtements… Les personnes riches ne sont pas non plus épargnées. Bien que la Première Guerre Mondiale soit une guerre horrible sur tous les plans, les civils furent beaucoup moins touchés à la différence de celle de 39-45. J’avais notamment lu quelque part que le nombre de morts chez les civils étaient plus élevés que chez les soldats. Cela nous montre à quel point cet horreur a dévasté le monde entier et non pas une partie de la société.

Un autre paramètre très intéressant que nous n’apprenons pas à l’école, sont les mœurs. À cet époque, les hommes paraissaient bien plus gentlemans et galants. Un jeu de séduction tout en douceur se mettait en place entre la femme et l’homme, rien n’était précipité. Il est étonnant de constater que malgré les droits très limités des femmes, les hommes savaient garder un certain respect. Aujourd’hui, certes, nous avons plus de droits mais la galanterie n’est plus monnaie courante. Avec le temps, nous n’avons pas réussi à équilibrer les deux valeurs.

Concernant la fin, elle est excellente et bien menée. Quelque soit l’issue finale, nous sommes ébranlés. À nouveau, je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer.

> Les personnages

Au fil des pages, nous remarquons que les personnages sont en harmonie avec les événements du fond. Julianne est heureuse, nous nous trouvons durant l’avant guerre. Julianne est meurtrie, nous sommes en plein cœur de la guerre. L’espoir renait, nous nous trouvons durant l’après guerre.

À travers différents personnages, le jugement et l’intolérance qu’ils soient physiques, mentaux ou sociaux sont d’autres thèmes mentionnés au fil des pages.

J’ai été séduite de suivre notre héroïne Julianne. Elle me ressemble beaucoup sur certaines facettes. Grâce à l’écriture de Camille de Maio, elle est parfaitement travaillée. Du chapitre 1 jusqu’au dernier chapitre, elle évolue progressivement. Certains livres ont tendance à précipiter l’évolution des personnages sans que nous en comprenions le pourquoi, ici ce n’est pas le cas. Au début du récit, Julianne a dix-huit ans et sort de l’adolescence. Elle vit avec insouciance dans la haute bourgeoisie avec des parents, en particulier le père, très aimants, une meilleure amie dévouée… Elle aime les garçons, les bals, se mettre en beauté… Puis petit à petit, elle découvre les premiers sentiments amoureux à l’égard de Kyle, elle comprend que l’on peut aimer une personne sans pour autant pouvoir être avec elle, elle quitte son cocon afin de suivre des études d’infirmières… L’accumulation de ses faits la conduit à devenir une jeune femme. À partir du moment clé où elle connait un bonheur presque complet, la descente au enfer commence. Bien qu’elle a vingt ans, la succession de drames la vieillit prématurément. Elle devient alors une femme très rapidement. Néanmoins, l’auteure ne s’arrête pas là. Julianne continue à changer. Elle va comprendre ses erreurs, notamment vis-à-vis de ses choix. Sa vision se modifie aussi à l’encontre de son père.

Ses parents sont contre son union avec Kyle, le père pour certaines raisons et la mère pour d’autres. Si la mère est un personnage énigmatique (nous ne savons pas qu’elles sont ses véritables intentions, veut-elle réellement le bonheur de sa fille ou se servir d’elle) son père l’aime et souhaite la rendre heureuse. Le vrai problème repose sur le fait qu’il n’écoute pas assez sa fille. Julianne tente désespérément de lui faire comprendre qu’elle se sent la plus heureuse des jeunes femmes bien que l’homme de sa vie ne réponde pas aux critères de sa famille. Malheureusement, il demeure borné, convaincu qu’elle sera heureuse en fonction de ses convictions à lui. Même si nous ne pouvons pas consentir aux propos de son père, nous ne pouvons pas le juger, il est un père avant tout pensant faire le mieux pour son enfant. Julianne finit par le comprendre et à ne plus le juger.

Quant à l’attitude de Julianne, bien que négative, elle est compréhensible, nous ne pouvons pas la juger. Nous sommes obligés de nous poser cette question : qu’aurions-nous fait à sa place ?

Parlons à présent des personnages secondaires. Je ne m’attache pas facilement aux personnages, d’autant plus lorsqu’il s’agit des protagonistes secondaires. Dans ce roman, je les ai tous aimés. Chacun différemment, ils m’ont touchée. Je pense par exemple à Lucille, la sœur de cœur de l’héroïne, Mme Ellis, le Père Sullivan, Jane… ils sont formidables. Ils vont marquer sa vie, l’aider… Nous en concluons que s’ils avaient été présent durant le choix le plus crucial de son chemin, cela aurait peut-être pu changer la situation… Il est nécessaire d’aborder l’amour de la vie de Julianne, Kyle. Il semble être tombé du ciel, il a su me toucher par sa gentillesse, son amour sincère et pur, ses sacrifices et son ouverture d’esprit. Il est prêt à déplacer des montagnes et renier sa vocation. Sa foi en Dieu est inébranlable. Malgré les épreuves, il continue à croire en Lui et à croire en l’amour Divin. Lui et Julianne vont très bien ensemble, ils se soutiennent, se complètent et se comprennent.

Points négatifs

Selon moi, le résumé ne rend pas justice à l’histoire. Premièrement, il est dommage qu’une information soit révélée, gâchant ainsi le dénouement. Deuxièmement, ils ne présentent pas assez l’aspect poignant du récit. Ce livre n’est pas un simple roman d’amour sous fond historique, il révèle davantage de sujets. Effectivement, la présence d’un extrait d’une critique d’un journaliste nous met sur la voie « leur tirant de nombreuses larmes, des soupirs à fendre l’âme. » mais nous ne saisissons pas l’importance de ces mots. Certes, nous ne nous attendons pas à une comédie romantique à l’eau de rose ou un feel-good du fait de la présence d’un élément dans le résumé, mais la surprise reste tout de même perceptible. À mon sens, le livre est d’autant plus difficile à lire car nous ne nous attendons pas à un récit aussi saisissant.

Conclusion

Un roman bouleversant, poignant et marquant. Nous ne pouvons pas rester insensible à cette histoire d’amour meurtrie par les épreuves de la vie. Ce récit n’est pas seulement une romance sous fond historique, il aborde une multitude de sujets : les conséquences de nos choix, vivre l’instant présent, apprendre à pardonner… Des personnages touchants, nous émouvant jusqu’aux larmes et un texte nous faisant passer par toutes les émotions.

Une histoire d’amour qui vous changera à jamais.

Je vous conseille fortement de lire ce magnifique livre, malgré son lot de souffrance. Néanmoins, à éviter si le moral n’est pas au beau fixe.

Note : +5/5

Citations tirées du livre

– […] Tu es ma vocation. J’ai été conçu pour t’aimer, pour te protéger, pour le pire et le meilleur, et j’en ferai le serment.

– C’est le cas, mon amour. Un mariage ne dure qu’un jour. Notre union durera toute la vie.

– Où sommes- nous […] ? – C’est, ou plutôt, c’était l’église de Sainte-Dwynwen. – De qui ?Je n’ai jamais entendu parler de cette sainte ? – Elle vivait au XVe siècle, raconta-t-il. Elle est tombée amoureuse d’un jeune homme du nom de Maelon, mais son père voulait qu’elle en épouse un autre. Quand elle a supplié Dieu de la préserver de ce mariage, un ange lui est apparu pour lui donner une potion qui effacerait tout souvenir de Maelon. Au lieu de cela, la potion a transformé son amour en bloc de glace. Elle a promis à Dieu de se retirer du monde s’Il le ramenait à la vie. Son souhait a été exaucé. Alors, elle a fondé un couvent ici même et a passé le reste de ses jours à prier avec ferveur pour que tous les amoureux trouvent le bonheur qu’elle n’a pas eu.

– Je t’aime. Quoi qu’il arrive, tu peux compter sur mon amour. Rien ne pourra jamais changer mes sentiments.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :