L’Imprimerie des Sorcières, tome 1 de Mochinchi et Yasuhiro Miyama

Bonjour à toutes et à tous !👋🏻🧙🏻‍♀️

En ce 18 novembre, je vous propose de découvrir L’Imprimerie des Sorcières, tome 1, scénario de Mochinchi et dessins de Yasuhiro Miyama, aux éditions Soleil Manga.

À l’instar d’une grande majorité de manga, je l’ai découvert grâce à un membre présent sur mon groupe Babelio. La couverture a tout de suite attiré mon regard et le résumé est exactement le style que je lis en règle générale.

Ce premier volume se range dans la tranche d’âge seinen (manga destiné à un public masculin entre 15 et 30 ans, mais pouvant être lu à tous les âges et les sexes).

Le genre prédominant est la fantasy. Nous y discernons de la medieval fantasy (les décors et les mœurs s’inspirent du Moyen-Âge), de la low fantasy (un monde imaginaire est lié à la planète Terre par un quelconque procédé) et de la animal fantasy (des animaux ont des comportements humains).

Un petit coup de cœur pour la couverture. Cette dernière est métallisée et est fidèle aux dessins visibles à l’intérieur. L’héroïne présente en premier plan dégage de la sympathie et me donne envie de la connaître et de découvrir ses aventures. Les personnages visibles en deuxième plan n’ont pas été choisis au hasard. Nous les retrouvons à un moment donné dans le récit. La scène représente le fameux Magic Market, élément central de l’histoire.

Une page plastifiée est visible en première page. À la fin du livre, des pages complémentaires sont visibles autour de l’univers créé par l’auteur. Ils permettent d’apprendre comment l’histoire a émergé. En enlevant la jaquette, vous percevrez le même dessin sur la première de couverture. Néanmoins, une différence est perceptible. L’illustration a été dessinée d’une manière à montrer l’envers du décor du Magic Market. Sur la jaquette, l’endroit semble convivial et accueillant, tandis que sur le carton rigide, les visages ont changé. Les expressions montrent la difficulté de s’occuper de cet événement. De l’autre côté, une planche raconte une petite aventure de l’auteur avant la prépublication.

Résumé :

Patronne d’une imprimerie, Mika Kamiya mène une vie normale… Normale ? Pas tout à fait…

Parachutée inexplicablement de la planète Terre à un monde où la magie est monnaie courante, Mika est incapable de rentrer chez elle. Afin de trouver un sorcier capable de la ramener à la maison, elle décide d’ouvrir une convention de sorcellerie, un immense salon permettant à différents sorciers de vendre des livres, des sortilèges… Si ces événements sont dans la normalité terrienne, il n’en ait rien pour cet endroit. Le Magic Market devient rapidement un phénomène rassemblant un nombre incalculable de sorciers.

Parmi les milliers de magiciens, trouvera-t-elle le sortilège pour regagner la Terre ?

Pourquoi et comment s’est-elle retrouvée là ?

Points positifs :

De l’histoire :

J’ai été séduite par l’univers et l’atmosphère se dégageant. Nous sommes transportés dans un monde très proche de l’époque du Moyen-Âge, à la différence que la magie est présente. Les deux s’imbriquent parfaitement. Le récit ne se centre pas totalement sur la recherche d’un sortilège mais permet de découvrir ce nouveau lieu. Ce manga est introducteur, par conséquent, nous continuons à nous poser de nombreuses questions.

Une touche subtile d’humour est perceptible et plaisante. Les sujets paraissent sérieux aux premiers abords mais les apparences sont parfois trompeuses. J’ai apprécié la Magic Market et les petits compléments présents lors de la mention d’un sortilège, cela permet de mieux les comprendre.

Bien que l’histoire paraisse simple, des messages sont perceptibles. Toute personne, qu’elle soit différente des autres ou pas, a sa place et peut apporter une connaissance à son niveau. De ne pas juger les autres sur l’instant et de laisser la chance à tout le monde de montrer son ou ses talents.

Les illustrations

J’ai adhéré aux dessins. Selon moi, ils sont en harmonie avec l’histoire. Même si elles sont majoritairement centrées sur les personnages et la Magic Market, les quelques décors mis en place rendent l’histoire conviviale. D’autres illustrations sont presque féeriques. J’ai eu un coup de cœur pour l’arbre abritant l’imprimerie de Mika.

Le gros point fort sont, à mon sens, les illustrations des personnages. Ils sont nombreux mais chacun possède ses particularités, nous les différencions facilement. Au même titre que pour l’imprimerie, j’ai eu un coup de cœur pour Mika. Le dessin est véritablement en harmonie avec sa personnalité. Il en va de même pour les autres protagonistes. Leur caractère transparait à travers leurs traits, aucun doute sur leurs intentions n’est détectable.

Points négatifs :

De l’histoire

Pour la suite, j’espère en apprendre davantage, notamment sur ses rencontres avec ses amis, ces derniers l’acceptant et connaissant ses secrets. Également, durant le tome 2, j’aimerais que l’histoire se tourne majoritairement sur sa quête. Malgré mon enthousiasme à voyager aux grès des péripéties de Mika, le récit risque de devenir répétitif s’il continue à s’orienter autour de la Magic Market.

Je n’ai pas du tout apprécié certains passages, réduisant la femme, à mon sens, à un objet de plaisir. Entre le sortilège de la femme du désir et l’armure ressemblant à de la lingerie, je ne considère pas que les mangakas soient d’une grande poésie. De plus, selon moi, ces planches n’apportent rien au récit.

Des illustrations :

À mon sens, Cléa est disproportionnée. Certes elles est très belle, mais ses seins volumineux et irréels ne la mettent pas en valeur. Quelque fois, j’étais indécise à savoir si nous avions affaire à un garçon ou à une fille, les noms n’aidant pas toujours. Pour finir, ceci rejoindra mes écrits ci-dessus, les dessins légèrement érotiques ne m’ont pas pas du tout séduite.

Points positifs des personnages :

Un gros coup de cœur pour le personnage de Mika. Elle est attachante, pétillante et toujours en quête de bien faire. Nous avons envie de la suivre et de l’aider dans ses missions. À son petit niveau et malgré sa spontanéité, elle sait attirer la foule. Elle est travailleuse et d’une grande gentillesse, prête à aider. Néanmoins, elle a aussi le sens des affaires car elle n’aide pas sans contrepartie…

Bien que Mika soit dénuée de pouvoirs, elle apporte une touche de magie dans un monde où la normalité est de posséder au moins un don. Ceci est rendu possible grâce à l’organisation du Magic Market. Sans magie, ce petit bout de femme change le cours du temps et les mœurs.

Elle est entourée d’amis très intéressants et me semblant essentiels pour sa vie et son équilibre. D’autres personnages viennent agrémenter le tout, proposant chacun un élément.

Points négatifs des personnages :

Je n’ai aucun point négatif au niveau des personnages, excepté les points cités auparavant concernant la place de la femme.

Conclusion :

Malgré, à mon sens, une place de la femme quelque peu mise à rude épreuve parfois, ce manga est un excellent livre d’introduction. Je me suis laissée emporter par la simplicité de Mika, de ses talents et le côté magique de ce monde de sorcellerie. Je voulais continuer à explorer cet univers et découvrir les futures aventures de notre petite héroïne.

Je lirai la suite avec plaisir.

Note : 4,5/5

Citation tirée du livre :

Il a besoin d’aide… On ne peut pas refuser ! Si je peux rendre service… C’est aussi mon travail de satisfaire les gens avec mon imprimerie !

Sous quels formats puis-je le trouver ?

Vous pouvez le trouver uniquement en version brochée, format moyen.

Où puis-je me le procurer ?

Vous pouvez l’acheter sur Amazon, Fnac, Cultura et Decitre.

Bonne lecture !📚

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s