Le Livret du Film Disney : Dumbo de The Walt Disney Company

Bonjour à toutes et à tous !👋🏻🎪

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de l’ouvrage Le Livret du Film Disney : Dumbo de The Walt Disney Company, ainsi que du live action de Tim Burton. Ce livret ne se vend pas séparément, pour l’obtenir il faut acheter le coffret Dumbo Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD, uniquement vendu sur la Fnac.

Cette article sera divisé en trois parties :

• Partie I : Les origines de Dumbo

• Partie II : Avis sur le live action de Tim Burton

• Partie III : Le livret

Partie I : Les origines de Dumbo

Walt Disney n’est pas réellement le créateur de Dumbo. Le petit éléphant apparaît pour la première fois en 1939. Écrit par Helen Aberson et Harold Pearl, l’histoire était destinée à être vendue sous la forme d’un roll-a-book (boitier destiné aux enfants comportant une molette et une ouverture. En tournant la molette, le jeune lecteur pouvait voir défiler le récit grâce à l’ouverture) mais l’idée ne vit pas le jour. Personne ne sait si le Roll-a-Book a été fabriqué car il n’y a aucune preuve. Il ne reste que les illustrations d’Helen Durley. Par effet de circonstances, Dumbo fut alors racheté par Walt Disney.

L’histoire d’Helen Aberson et Harold Pearl change par rapport au dessin animé. Il n’est plus question d’un bébé éléphant mais d’un éléphant nain aux grandes oreilles. Il fait la rencontre d’un merle et lui demande s’il lui serait possible de voler. Le merle, nommé Rex, le conduit à un hibou, appelé Wise One, pour savoir si l’éléphant en est capable. Ce dernier lui confirme que ses oreilles sont parfaites pour cette activité et lui apprend à s’en servir. Il garde quelque temps son secret puis le dévoile dans l’arène à la surprise générale, devenant par la suite très connu.

À la base, Walt Disney voulait faire de Dumbo un court-métrage mais la durée de l’histoire se rallongeait à chaque fois. Le 23 octobre 1941, il devint un long-métrage d’animation de 64 minutes. Il reste cependant, l’un des plus courts dessin animés. Dumbo devint le quatrième grand classique de Walt Disney et séduit très vite le public. Disney publia également une version livre en 1430 exemplaires.

Si vous souhaitez plus de détails concernant l’histoire du Roll-a-Book Dumbo, je vous propose ce lien (l’article est en anglais) :

The Mysterious Dumbo Roll-a-Book

Partie II : Avis sur le live action Tim Burton

L’histoire :

Le scénario écrit par Ehren Kruger m’a complètement séduite et est parfaitement ficelé. Lui et Tim Burton ont su garder le charme du dessin animé. J’apprécie beaucoup le côté décalé de ce producteur que nous retrouvons à travers le parc futuriste et originale Dreamland (ce parc me fait beaucoup penser à Discoveryland à Disneyland). Il sait apporter sa touche personnelle à un univers très connu du public.

Le live action est une histoire dans une histoire. Nous avons l’histoire de Dumbo où nous retrouvons la trame originale, certaines scènes et de nombreux clins d’œil discrets, notamment la présence d’une cigogne, la souris déguisée, la représentation fidèle du train du cirque (je n’ai pas pu m’empêcher d’ébaucher un grand sourire lorsque j’ai retrouvé les traits du train fard de Dumbo)… et une histoire totalement nouvelle mettant en vedette la famille Farrier, le cirque Medici, V. A. Vandevere… Les deux histoires sont bien menées, ce ne sont pas deux parties séparées, au contraire. Elles sont liées l’une à l’autre et nous proposent un film bien plus poussé et travaillé que le dessin animé.

Malgré les détails semblables au dessin animé ou les revisites (j’ai complètement adhéré à l’adaptation de la danse des éléphants), j’ai réussi à me détacher de l’histoire de Walt Disney. D’ailleurs, le fait d’avoir retrouvé ces aspects m’ont permis d’aimer encore plus l’adaptation.

Comme mentionné ci-dessus, la trame originale est respectée mais bien plus traitée en profondeur. C’est une ode à la différence et à la tolérance sous toutes ces formes. D’un côté, vous pouvez trouver les différences physiques à travers Dumbo mais également à travers Holt qui a perdu son bras durant la guerre. Et de l’autre, les différences mentales par le personnage de Milly, la fille de Holt, souhaitant être une scientifique et non une femme du cirque. Tout le long, ils doivent faire face aux regards des autres et subir l’intolérance et la méchanceté. Chaque personnage avance petit à petit pour accepter sa condition et ses différences (Dumbo et ses grandes oreilles, Holt qui doit cacher son bras…). Nous retrouvons également une deuxième grande trame, celle de la famille. En vérité, le lien maternel est plus présent, puisqu’il n’est plus uniquement question de la mère de Dumbo mais aussi de la mère de Milly et son frère. L’histoire d’amour entre Dumbo et Miss Jumbo est énormément touchant, devenant une quête et non plus une simple présence. On y aborde également l’histoire de famille compliquée entre Holt et ses enfants mais aussi la famille du cirque.

De plus, Tim Burton et le scénariste ne se contentent pas d’aborder uniquement ceci. Ils cherchent à apporter d’autres messages que Walt Disney n’a pas mentionné. Celui de rester à sa place et de ne pas vouloir être quelqu’un d’autre. Tous les personnages sont concernés, puisque chacun change de direction : Holt devient dresseur d’éléphant, Max Medici qui doit rester derrière un bureau… alors qu’ils ne sont pas faits pour ça. Le cirque ne devient pas seulement un décor. Tim Burton montre que le cirque est avant tout une entreprise familiale vouée au spectacle et non un divertissement uniquement marketing. Ils abordent également la manipulation, à travers le personnage de V. A. Vandevere employant sans scrupule la naïveté de Max Medici et le fameux dicton « il ne faut pas se fier aux apparences » par l’intermédiaire de Colette. Nous pensons avoir affaire à une femme de la haute société prétentieuse n’y connaissant rien au cirque, alors qu’elle a connu les rues de Paris. La solidarité, l’amour et l’espoir sont perceptibles et apportent un charme au film.

Les personnages :

Le personnage de Dumbo est un véritable coup de cœur et le point fort de cette adaptation. Bien qu’il ne parle pas, nous le comprenons. Ses yeux sont énormément expressifs, ainsi que les bruits émis. Son caractère représente parfaitement un bébé. Il est adorable et nous avons envie de le serrer dans nos bras.

Les graphistes ont su parfaitement mêler réalité et dessin animé dans l’apparence de Dumbo. Malgré la ressemblance avec un vrai éléphant, nous retrouvons des traits familiers.

À la différence du dessin animé, Dumbo n’est pas seulement une victime subissant les moqueries et la méchanceté, il devient un héros courageux et prêt à tout pour retrouver sa mère. Ses sentiments sont bien plus poussés et évoluent au fil du film.

Les autres personnages sont tout aussi intéressants et sont parfaitement en harmonie avec l’univers de Tim Burton. Ils accentuent le message originale de Dumbo et en apportent d’autres.

Conclusion :

Un magnifique film qui plaira aussi bien aux petits qu’aux grands. Qu’on soit adepte du dessin animé ou pas, il ne pourra laisser insensible le spectateur. Un live action Disney amplement réussi. Une ode à la tolérance et à la différence à ne surtout pas manquer.

Partie III : Le livret

Sa composition :

Le livret est composé de cinq parties et d’un sommaire.

• Histoire

• Notes de production

• Le monde de Dumbo et ses personnages

• Faites entrer les artistes

• Quels cirques

• Effets très spéciaux

• Tim Burton – Danny Elfmann Opus 17

• Liste artistique et technique

La couverture représente sans équivoque notre petit Dumbo et l’univers du film.

Mon avis :

J’ai toujours adoré découvrir l’envers du décor, les coulisses, les anecdotes sur le film… Ce livret a répondu à mes attentes et est un coup de cœur. Je l’ai dévoré du début jusqu’à la fin. Ma lecture est passée trop rapidement, j’aurais aimé en savoir plus. J’ai été émerveillée et séduite par les différentes informations. Les photographies, les affiches, les dessins et les croquis rendent l’ouvrage agréable à regarder et donne envie de revoir le film. Ce livret est un parfait complément qui séduira les inconditionnels de Dumbo et les cinéphiles Disney.

Un livre à découvrir !

Citation tirée du livret :

« Si Dumbo trouve un écho en chacun de nous, c’est parce-que nous sommes tous imparfaits d’une façon ou d’une autre. Ce personnage nous montre que ces défauts peuvent parfois faire de nous quelqu’un de spécial. » Ehren Kruger.

Sous quels formats puis-je le trouver ?

Vous pouvez le trouver uniquement en version brochée.

Où puis-je me le procurer ?

Vous pouvez l’acheter uniquement à la Fnac dans le coffret Dumbo Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD.

Bonne lecture !📚🐘🎪

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s