D’Oléron à Sedan 1914-1918 de Dominique Abit, Céladone et Emmanuel Beaudry

Bonjour à toutes et à tous !🤗

Troisième livre de ma sélection Saint Valentin 2019, je vous laisse découvrir ma chronique sur la bande dessinée D’oléron à Sedan 1914-1918 de Dominique Abit (texte), Céladone (illustrations) et Emmanuel Beaudry (scénario).

Avant de partager ma chronique, faisons un petit peu de géographie et d’histoire.

Oléron est une île française située non loin de La Rochelle au large de la côte ouest. Depuis le 19 mars 1966, il est possible d’y accéder grâce à un pont. Ce pont est le plus vieux et le troisième plus long de France. Il mesure 2 862 mètres et est bordé par plusieurs pistes cyclables. Oléron est la deuxième île la plus peuplé de France. La plus grande ville est Saint-Pierre d’Oléron.

Si l’île a beaucoup souffert durant la Seconde Guerre Mondiale, ce n’est pas le cas durant la Grande Guerre. L’île restait en paix comme nous pouvons le voir dans la bande dessinée.

Je vous propose de découvrir une carte.

En cliquant sur le lien suivant : Photographies d’Oléron vous découvrirez des paysages de l’île.

Sedan est une commune située dans le nord de la France dans le département des Ardennes, non loin de la Belgique. Un fleuve, la Meuse, traverse la ville, cinq ruisseaux viennent s’y jeter. Le château fort de Sedan, construit en 1424, surplombe la vallée de la Meuse et est l’une des plus grandes forteresses d’origine médiévale d’Europe. Depuis le 4 janvier 1965, il est classé monument historique.

Si l’île d’Oléron a réussi à vivre en paix durant la Première Guerre Mondiale, ce fut très différent à Sedan. Durant la Grande Guerre, les Ardennes furent envahis par les Allemands. En septembre 1914, les allemands utilisent Sedan comme base arrière car la ville possède de grands bâtiments et plusieurs voies ferroviaires importantes. Les grands bâtiments deviennent des hôpitaux, des lieux de détente pour l’armée allemande ou encore des camps de travails. En 1917, des camps de concentration sont mis en place, le plus connu est Le Bagne de Sedan conçu contre la résistance de la population.

Voici une carte géographique un lien pour découvrir quelques photographies : A la découverte de Sedan

Parlons à présent du livre.

Découvert par l’intermédiaire de la Masse Critique Babelio, je ne fus malheureusement pas sélectionnée pour ce titre. Aujourd’hui, j’ai eu la chance de me le procurer. Ce fut malheureusement une déception, bien que l’idée soit intéressante.

Une bande dessinée succincte. Les auteurs nous proposent un ouvrage retraçant sans égarement la vie de Paul et Marthe.

La couverture est fidèle aux illustrations présents à l’intérieur. Elle représente deux facettes de la vie du couple : le bonheur d’être ensemble en paix, le paysage est verdoyant, rien ne laisse présager un univers en proie à la haine (dessins du haut) et celui de la séparation, de la guerre et d’un décor apocalyptique où l’amour a déserté (dessins du bas).

Les dessins de la bande dessinée ne m’ont pas séduite et m’ont semblé peu détaillé.

Avant de commencer votre lecture, vous découvrirez une préface avec des photographies du couple et de leurs deux filles, Elizabeth et Jeanne Devin. A la fin une postface vous est proposé avec des photographies et une petite biographie de Dominique Abit, ainsi que de l’illustratrice et du scénariste.

L’ouvrage repose dans le genre biographie. Elle a été écrite à l’occasion du centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Dominique Abit partage une partie des correspondances de ses grands parents, Paul Devin et sa femme Marthe Devin-Pingard. Grâce aux archives familiales conservaient par le père de Dominique Abit, Jean Abit, cette bande dessinée a pu voir le jour.

Paul Devin fut commandant sur le front français durant la Grande Guerre et Marthe fut infirmière à Sedan.

Points positifs de la bande dessinée :

L’idée de rendre hommage à sa famille est excellente. Elle permet d’honorer ces hommes et ses femmes ayant permis de rester français. L’ouvrage est très bien si on souhaite faire découvrir la Première Guerre Mondiale aux jeunes enfants. La simplicité d’écriture, l’histoire très succincte et les dessins où l’horreur n’a pas sa place sont des critères parfaits. Il est ainsi possible d’aborder cette partie historique sans les choquer et en expliquant les étapes les plus importantes. Quelques passages sont touchants. La postface retraçant rapidement la vie de Marthe et Paul après la guerre, la découverte des vrais photos de la famille et des objets leur ayant appartenu sont très appréciables.

Points négatifs de la bande dessinée :

Si elle est parfaite pour les jeunes enfants, elle reste malheureusement bien trop succincte pour les adultes. Certes écrire une biographie en bande dessinée nécessite de mettre en avant certaines informations et d’en mettre d’autres sous silence mais ce livre semble avoir trop synthétisée la vie du couple. Une personne bien informé sur le sujet de la Grande Guerre restera sur sa faim.

Conclusion :

Un livre à se procurer à l’intention des jeunes enfants. Quant aux lecteurs avertis, ils ne seront peut-être pas séduits.

Note :

Citation tirée du livre :

Si tu veux faire mon bonheur Marguerite Marguerite… Si tu veux faire mon bonheur… Marguerite donne moi ton cœur.

Sous quels formats puis-je le trouver ?

Vous pouvez le trouver uniquement en version brochée, grand format.

Où puis-je me le procurer ?

Vous pouvez l’acheter sur la Fnac, Cultura, Decitre et Geste Editions.

Bonne lecture !📚

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s