Le Monde de Narnia, tome 2 : Le Lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire magique de C. S. Lewis

Que feriez-vous si l’armoire de votre chambre conduisait à un monde magique ? Continuons notre aventure en terre étrangère avec Narnia, tome 2 : Le lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire Magique de C. S. Lewis, aux éditions Gallimard.

Un excellent divertissement.

Partie I : À la découverte du roman

> La couverture

La version présente ci-dessus est celle l’intégrale.

La couverture représente très bien l’idée que l’on peut se faire d’Aslan. D’ailleurs, il ressemble fortement à celui de l’adaptation cinématographique. Il émane de cette illustration sagesse et majesté. Le drakkar visible dans son œil n’est pas sans rappeler l’un des volumes de la saga.

> Descriptions narratives et compagnies

Le genre prédominant est la Fantasy. Si nous souhaitons être plus précis, nous pouvons le ranger dans la low fantasy. La low fantasy est un sous-genre de la Fantasy dans lequel le monde réel est relié à un monde imaginaire par des objets (armoire, bague, boîte à musique…).

Une personne extérieure à l’histoire, le narrateur ou un conteur, nous raconte les aventures de Peter, Susan, Edmund et Lucy.

> Résumé

Quatre enfants, Peter, Susan, Edmund et Lucy sont accueillis par le professeur Kirke, afin de fuir la Première Guerre Mondiale.

Lors d’une partie de cache-cache, Lucy décide de se cacher dans l’armoire de la chambre d’ami. Mais en s’y engouffrant, elle s’enfonce toujours de plus en plus sans rencontrer aucune résistance, jusqu’à qu’un froid glacial vienne lui chatouiller les joues…

Une aventure qui changera à jamais les quatre enfants.

Partie II : Mon Avis

Points positifs

> Le récit

À l’instar du premier tome, il est plaisant que le récit des quatre enfants soit raconté par un conteur. Le fait de s’adresser quelque fois directement à nous, rend le roman très vivant.

Comme toutes adaptations, nous trouvons des différences et des ajouts. Ici, la proposition d’Andrew Adamson est plutôt fidèle. Pour ma part, j’ai une préférence pour la version cinématographique. Toutefois, il faut reconnaître qu’il est intéressant de lire le livre et de visionner le film car ils sont très complémentaires.

Pour finir, il est appréciable de lire une histoire peu violente. La violence est toujours subjective. Par exemple, la bataille est secondaire. On sent que l’écrivain veut éduquer la jeunesse.

> Les personnages

Lucy est, selon moi, le grand point fort de l’histoire. Elle est attachante le déclencheur de la découverte de Narnia. Sa curiosité lui permet d’ouvrir une armoire et de permettre le sauvetage d’un monde. Malgré son âge, elle garde ses convictions et les porte à bout de bras, bien que ses frères et sa sœur ne croient pas un mot de son histoire.

Aslan semble plus accessible dans le livre. Il n’a pas peur de jouer avec Susan et Lucy. Il est à la fois sage et affectueux.

Il est intéressant de comprendre pourquoi Peter s’appelait Peter le Magnifique, Susan la Douce, Edmund le Juste et Lucy la Vaillante car s’il est possible de le comprendre, ce n’est pas expliqué dans l’adaptation cinématographique.

Points négatifs

> Le récit

Le point suivant n’est pas négatif mais repose uniquement sur un ressenti et sans doute une influence notable par rapport au film.

Le suspense m’a paru bien moins présent dans le roman. Selon moi, l’écrivain n’entretient pas assez le mystère ou l’action. Quelque fois, C. S . Lewis passe très vite sur certains événements. Je pense, notamment à la mort d’un des personnages (les personnes ayant lu le livre me comprendront). Il en a très peu parlé, alors qu’il est l’un des piliers de l’histoire.

> Les personnages

Des quatre enfants, Peter et Susan sont les plus effacés, cet aspect est dommage car ils font partie des personnages principaux.

La distinction effectuée entre les quatre enfants au niveau de la distribution de la couronne ne m’a pas séduite. Peter est le grand roi suprême, tandis que les trois autres restent des simples rois et reines. Il aurait semblé plus juste qu’ils soient sur le même plan d’égalité…

Conclusion

Une suite réussie. Nous nous laissons transportés telle Lucy dans l’armoire de la chambre d’amis et découvrons avec plaisir le Monde de Narnia où se côtoie magie, dangers et mystères…

Citation tirée du livre

– Et, dit-il, je ne pense pas que ce soit une bonne idée de repasser par l’armoire pour allez chercher les manteaux. Vous ne rentrerez plus à Narnia par cette route. Et si vous le faisiez, les manteaux ne serviraient plus à grand-chose maintenant ! Eh ! Que dites-vous ? Oui, bien sûr, vous retournerez à Narnia un jour. Celui qui est une fois roi à Narnia l’est pour toujours. Mais n’essayez pas pas d’utiliser la même route deux fois. En fait, n’essayez pas du tout d’y rentrer. Cela arrivera quand vous le chercherez pas. Et n’en parlez pas trop, même entre vous. Et n’en faîtes mention à quiconque, à moins que vous ne découvrirez qu’il a lui-même des aventures semblables. Qu’est-ce encore ? Comment le saurez-vous ? Oh ! Vous le saurez très bien. Des paroles bizarres, et même ses regards laisseront échapper le secret. Soyez attentif. Dieu me bénisse, que leur enseignent-ils dans ces écoles ? Et voici vraiment le fin des aventures de l’armoire. Mais si le professeur a raison, ce n’est que le début des aventures de Narnia…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :