L’Histoire de France pour les nuls en BD, tome 2 de Jean-Joseph Julaud, Hervé Loiselet et Vincenzo Acunzo

Bonjour à toutes et à tous !🤗

Préparez-vous à affronter le Haut Moyen Âge, guerres, complots et trahisons sont à l’honneur.

Une excellent BD, tout comme le tome 1 ! Nous retrouvons tout ce qui faisait le charme de cette collection.

Au niveau des illustrations, les dessins n’ont pas changé, toujours détaillés.

Au niveau de la conception, nous découvrons à nouveau une frise chronologique, des « Le saviez-vous », des événements et des batailles importantes, des anecdotes et vers la fin des livres, deux, trois pages appelées « Les parties de Dix », permettant d’en apprendre plus en France mais parfois aussi dans les autres continents de l’époque. Dans ce volume des portraits sont dressés.

Dans ce tome 2, nous retraçons les grandes lignes du Haut Moyen-Âge en France avec Clovis, Charlemagne, en passant par Hugues Capet ou Dagobert… Nous découvrons les nombreuses guerres entre frères au sujet des terres, les conflits, les tensions, les femmes ayant marqué la période et des légendes comme « La chanson de Roland ».

Conclusion :

Cette suite m’a autant séduite que le premier ! Je vous conseille de lire cette BD avec attention car il y a beaucoup de rois, de successeurs et parfois certains ont le même nom, on peut très vite se perdre et revenir sur ces pas. Si vous avez aimé le tome 1, il n’y a pas de raison que cette suite ne vous plaise pas !

En route pour le tome 3 !

Note : 5/5

Citations tirées du livre :

« Le bon roi Dagobert a mis sa culotte à l’envers… » Cette chanson a été écrite au XVIIIe siècle. A travers Dagobert, qui n’avait pas de problème de culotte, c’est Louis XVI qu’on ridiculisait à l’approche de la Révolution.

Lorsqu’on observe ces manuscrits à la loupe, on y décèle les traces d’inscriptions amusantes que les moins ont laissées, croyant les avoir effacées : « Qu’il fait froid ici », « J’ai faim », « Je m’ennuie ». Parfois pour aller plus vite, ils se mettent à inventer des abréviations dont le code, perdu par la suite, va produire des règles d’orthographe bizarres. Ainsi, pour faire plus court, on écrit le mot pluriel – avec un « s » – «  chevaus » «  chevax ». Cette transcription provisoire s’étant perdue par la suite, on a réintroduit le « u », de sorte qu’est née cette règle : les mots en « al » font leur pluriel en « aux », un cheval, des chevaux. Aujourd’hui, beaucoup s’insurgent contre le langage raccourci des SMS. Et pourtant, vous le constatez, les moines copistes, ces petits chahuteurs discrets dans leur scriptorium, l’avaient déjà inventé…

Sous quels formats puis-je le trouver ?

Vous pouvez le trouver en version eBook. Et en version brochée uniquement en grand format.

Où puis-je me le procurer ?

Vous pouvez l’acheter sur Amazon, Fnac, Cultura et Decitre.

Bonne découverte et bonne lecture !📚

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s